International
logo.jpg (13014 octets)

Association des Parents d'Elèves
du Conservatoire National Supérieur
de Musique et de Danse de Paris

APE-CNSMDP

Accueil ] Remonter ]

International

 

 

 


Une tournée au Japon

Dix-sept heures de vol pour arriver à une destination inconnue. Une bréve escale à Hong-Kong, où le soleil plombant à travers une nappe de nuages, nous laisse déçus de ne pas avoir vu la ville.

L’accueil à Osaka est des plus chaleureux quoique gardant un côté très officiel. Après une réunion d’information, nous sommes projetés dans les familles. Un peu rebutés au départ par des problèmes de communication, rapidement nous sommes adoptés. Grâce à nos hôtes, nous avons pu faire un peu de tourisme. Entre autres, les temples japonais, ils sont d’une beauté et d’une quiétude incroyables. Tout respire la sérénité.

Après deux jours de repos, nous commençons les cours et les répétitions. Un emploi du temps un peu chargé ne nous laisse que le soir pour visiter Kobe et nous reposer. C’est là que commencent les promenades, les rendez-vous pour partir en groupe marcher à travers la ville, rue piétonnière où l’on se croit presque ‘en France, petits magasins qui regorgent de mille choses. Il arrive aussi de rester à l’hôtel, dans une chambre à se raconter plein de choses et à rire. Et parfois les réveils sont durs. Mais la joie d’être tous ensemble, de danser dans un pays si lointain nous stimule.

On est également invité à des réceptions, des cocktails et des dîners. Nous sommes en quelque sorte des ambassadeurs.

Et enfin arrivent les jours de spectacle. Les salles sont très grandes et complètement remplies. Les quatre représentations ont lieu à Kobe, Osaka, Amagasaki et Toyooka. Danser quatre jours de suite dans des salles différentes n ‘est pas évident. On prend contact avec la scène le matin et en début d’après-midi, pour danser en fin d’après-midi ou le soir. Et à chaque fois c’est un nouveau challenge. Le public japonais, en général assez froid, nous fait tout de même bon accueil. Mais il diffère du public français qui est très chaleureux.

Le dernier soir, à Toyooka, nous sommes sortis tous ensemble pour conclure au mieux le séjour. Et elle a été très réussie, cette soirée. Le lendemain, nous allons à l’aéroport d’Osaka, où nous attendons 3 heures l’avion du retour, qui nous ramène à Paris le 21 juillet à 6h15.

Malgré la fatigue du voyage, l'arrivée se passe bien. Mais au moment de se quitter, chacun verse une larme; surtout en sachant que certains étudiants ne reviendront pas l’année suivante et qu ‘ils vont rentrer dans la vie active. Mais les promesses de lettres et de visites au CNSMDP apaisent tout le monde.

En tout cas, je crois que chacun gardera un très bon souvenir de ce voyage qui nous a rapprochés les uns des autres.

Sandrine Roux

 

Echanges Franco-Bosniaques par la Danse Contemporaine

Yasmina PROLIC, bosniaque de nationalité et ancienne élève du Conservatoire (1993-1997) voulait faire découvrir la danse contemporaine en Bosnie où elle avait débuté en "classique" avant la guerre, dans l’unique école de danse de ce pays: celle du Théâtre National de Sarajevo.

En février 1998, l’opportunité du festival d’hiver de Sarajevo lui a permis de reprendre contact avec ses amis " danseurs classiques " du Théâtre National et de programmer un spectacle contemporain de sa création, pour cet événement.

Après la mise en commun des expériences des uns et des autres autour de leur vécu de la guerre en tant que bosniaques et danseurs, ils ont élaboré un ballet "La Part de la Vie ou Dio Zivota ", reflet du puzzle humain: amitié, jeu, fête, amour, colère, travail, tristesse, joie... expériences à travers ce langage commun qu’est la danse.

Cet objectif de faire découvrir du contemporain à un public de non-initiés à Sarajevo a été reproduit pour un public semblable en milieu rural. Grâce à la Fédération Départementale des Foyers Ruraux, cet apport culturel a pu être présenté en Gironde pendant un mois grâce à la participation des structures territoriales (jeunesse et sports, conseil général, municipalités, CAFEDEM de Bordeaux) et le milieu associatif (Culture d’Ici et d’Ailleurs, France-Liberté, Collectif Bosnie, écoles de danse) ainsi que celui du Ministère de la Culture de Bosnie.

Pendant leur séjour, les cinq danseurs (4 bosniaques et Céline Pradeu, ancienne élève du Conservatoire) rencontraient les publics de jeunes et de moins jeunes par le biais de cours et de spectacles, expliquant toujours le projet et les intentions pour permettre au public de se faire une opinion sur cette danse. Des petites communes de 500 habitants ont eu droit à un vrai spectacle (excellente sono, éclairages remarquables, prêtés pendant un mois par le Conseil Général). La rencontre avec les adolescents (semaine de la jeunesse à Castillon la Bataille au lycée agricole de Libourne) fut particulièrement positive: Certains n’avaient jamais fait de danse ou n’avaient jamais eu l’occasion de rencontrer cette discipline ; ils furent agréablement surpris et intéressés.

Ce fut pour Jasmine PROLIC une expérience chorégraphique riche d’enseignement et pour ses danseurs, dont c’était la 1ère sortie hors de Bosnie depuis la guerre, une découverte des réalités françaises, parisiennes, provinciales et rurales.
Sans doute cette "expédition" culturelle où chacun a apporté et reçu quelque chose de l’autre, permettra-t-elle de nouveaux projets, en particulier dans le domaine de la danse, ici ou ailleurs.

Rédactrice
Mme Bacquet

  Lisbonne

En 1994, Lisbonne était la Capitale Européenne de la Culture. Parmi les nombreuses manifestations et spectacles culturels, le programme de Danse proposait tout au long de l'année de prestigieuses compagnies telles que la Merce Cunningham Dance Company, le Ballet National d’Espagne, Pina Bausch, le Met National Ballet, donc une programmation de tout premier plan. Au mois de juillet une semaine était consacrée à une rencontre internationale des Ecoles de Danse, à laquelle étaient invités à participer le Junior Ballet, l'Ecole Supérieure de Danse du Conservatoire de Lisbonne, l’Ecole de Danse du Conservatoire National du Portugal, le Centre National de Danse Contemporaine d’Angers.

La rencontre comprenait une agréable réception, des cours communs et une soirée offerte à chaque école pour présenter, au théâtre Sao Luis, son spectacle. Le Junior Ballet, composé d’une vingtaine d’élèves a présenté des chorégraphies, qui avaient eu beaucoup de succès auparavant dans d’autres lieux:

CONTINUO de Anthony Tudor : Construction chorégraphique montrant la douceur de la danse classique.

IDEAL de Peter Van Oyk : Pas de deux d’une délicatesse et d’une tendresse infinies

NI CENTRE, NI PERIPHERIE de Donald Byrd : Pièce d’une précision perturbante sur les sentiments passionnels.

ICE de Carolyn Carlson : Pièce sur la fluidité des mouvements dont on souhaiterait qu’ils ne s’arrêtent jamais.

A Lisbonne aussi, le miracle eut lieu et le public récompensa les danseurs d’un grand succès ! ! !

Le Junior Ballet a bien mérité d’être reçu comme une véritable compagnie.
BRAVO aux danseurs, professeurs et accompagnateurs

 

Accueil ] Remonter ]